≡ Menu
Ère nouvelle

Le système bancaire

Sortir de la ville

Maintenant, voyons comment nous pouvons vous sortir de la ville. Si vous y vivez et y travaillez présentement, tâcher d’y louer un logis et entreprenez les démarches pour acheter de la terre à l’extérieur de la ville, une terre qui vous appartienne. On peut appeler cela un investissement. Si vous avez une maison à la ville, je vous conseillerais de l’hypothéquer au maximum, tout en étant prudent sur les modalités. Assurez-vous que le prêt soit assorti d’une disposition qui vous dégage entièrement en cas de catastrophe naturelle, de telle sorte qu’on ne puisse pas se retourner contre vos autres biens. Un prêt sans recours. Quand vous aurez en poche un tel prêt en seconde hypothèque, garanti par votre demeure urbaine, vous serez en mesure d’acheter une terre à la campagne. Allez-y.

Passons au point suivant. Regardez autour de vous. Vous verrez facilement quel besoin il vous faut ensuite satisfaire. Sans électricité, comment allez-vous survivre? Achetez de l’équipement, des outils et tout ce que vous pouvez actionner par la force de vos bras. Par exemple, faites le relevé de tout l’équipement électrique dont vous avez besoin pour maintenir votre corps en forme. Vous vous en remettez à des ceintures vibrantes. Vous courez sur des tapis roulants. Puis vous allez dans la salle d’eau vous sécher les cheveux avec votre séchoir électrique. Réfléchissez sur ces points. Plutôt que de courir sur votre manège, servez-vous-en autrement.

Maîtres : agissez comme s’il n’y avait pas d’électricité et préparez tout ce dont vous avez besoin pour vivre en conséquence. Vous vous souvenez de cet inventeur qui réside sur une terre reculée et travail sur l’énergie solaire ? Tenez bon et arrangez-vous pour être autosuffisants jusqu’à ce qu’il ait mis son idée au point et que vous puissiez vous en servir chez vous.

Achetez tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour fonctionner et vous mettre à l’abri. Et quand vous aurez réalisé toutes ces choses, que ferez-vous ? Vous gonflerez la poitrine et direz : « Advienne que pourra, je suis prêt. » Bravo pour vous ! Car il n’y a rien de plus grand que la paix de l’esprit.

Savez-vous ce qu’il en coûte d’être endetté et de devoir trimer comme un esclave pour rembourser sa dette ? C’est un prix terriblement élevé. Le prix réel ne se calcule même pas en dollars, mais en stress, en inquiétude et en anxiété. Débarrassez-vous de vos dettes. Sinon, tâchez d’en alléger le fardeau, pour l’amour de vous-même. Car la souveraineté signifie la paix de l’esprit. Et imaginez quelle sensation ce sera lorsque vous aurez réalisé pour vous-même une souveraineté à toute épreuve et ainsi aurez apporté un héritage à votre famille. Parce qu’il ne sera pas conseiller d’avoir des dettes au cours des jours à venir. Car alors, que vous le vouliez ou non, vous recevrez la marque de la bête : la carte de débit.

La paix de l’esprit, c’est de pouvoir dormir en paix et de savoir que l’on est prêt. La peur, l’anxiété et le stress surviennent quand vous savez que vous n’êtes pas prêts. Si la condition pour y arriver signifie que vous réduisiez votre énorme appétit, eh bien faites-le. Et quand je parle d’appétit, je ne me réfère pas à votre nourriture, mais plutôt à toutes ces choses dont vous croyez actuellement ne pas pouvoir vous passer. Faites la différence entre besoin personnel et désir personnel. Cette différence peut signifier la survie.

S’il vous reste encore des billets de banque après avoir accompli tout cela, achetez une autre terre ! N’allez pas les réintroduire dans le système bancaire, achetez de la terre. Et si vous avez suffisamment d’or et d’argent pour vous rendre jusqu’en 2042, achetez de la terre. Pas en ville, cependant, mais plutôt en des endroits où vous pouvez cultiver.

Et s’il vous reste encore des billets, aidez vos frères et soeurs à s’aider eux-mêmes. Car plusieurs d’entre vous sont très ingénieux et il y en a beaucoup d’autres qui travaillent fort pour le devenir. Plusieurs d’entre vous sont des gens d’action et méritent d’être aidés. Tandis que d’autres ne font rien et ne méritent pas votre aide.

Vous voyez, si vous vous occupez destocker la quantité de nourriture nécessaire, achetez votre terre, vous procurer votre équipement et, en plus, aidez les autres là où vous le pouvez, alors vous pourrez faire face à n’importe quoi, que cela provienne de la nature ou des Hommes Gris. Vous ne serez pas forcés de prendre la carte de débit. Vous pourrez la refuser. Vous n’en aurez pas besoin pour payer vos dettes ou pour faire vivre votre famille. Est-ce que vous comprenez ? C’est pour cette raison que les Hommes Gris veulent que vous vous endettiez. Mais vous pouvez décliner leur offre et dire : « Non. Je ne désire pas la carte. Car je n’ai pas besoin de produire du capital, ni d’acheter, ni de vendre. Je suis autosuffisant. »

Pour ceux d’entre vous qui sont en transition et s’efforcent d’accomplir tout cela, vous n’êtes pas dépourvus d’aide. Et bien que vous ne possédiez pas grand-chose, nourriture et approvisionnement s’en viennent. Une force vous aidera. Mais vous devez d’abord déverrouiller votre propre conscience et devenir un homme ou une femme d’action. Non par peur de mourir, mais parce que vous en sentez l’impulsion en vous. Et parce que vous y répondez. Vous ne serez pas oubliés ni délaissés, je vous l’assure.

Quant à ceux qui ont charge de famille et qui ne trouvent rien de vrai dans cet enseignement, vous êtes dans une position très précaire et vous y entraînez votre famille à votre suite. Oui, vous l’y entraînez. Ce que vous pourriez faire de mieux serait de vous emmagasiner de la nourriture et d’y affecter vos économies au meilleur de votre connaissance. Bien des événements surviendront très prochainement qui inciteront la population à se révolter ou à effectuer des changements dynamiques dans leur vie.

Si vous allez de l’avant et vivez en harmonie avec le Seigneur Dieu de votre être, mais qu’une personne avec qui vous êtes lié vous empêche d’avancer, quittez cette personne ! Allez de l’avant. Allez de l’avant.

À propos des banques, je vous ai dit que plusieurs d’entre elles ont déjà en réserve votre carte de crédit. Posez leur la question. Si c’est le cas, il serait sage et prudent de votre part de ne l’utiliser que si vous ne disposez d’aucun autre moyen de transférer de l’argent, des billets de banque. N’achetez pas votre or dans les banques, elles enregistrent vos transactions.

Si vous faites tout cela, vous survivrez à tout ce qui s’en vient. Vous survivrez dans la dignité et dans la liberté, en accord avec vous-mêmes. Sans faire de compromis, sans renier ou sans prostituer votre vérité.

Vous aurez simplement récupéré ce que vous avez perdu dans la révolution industrielle : c’est-à-dire la souveraineté. Oui, parfaitement !

pages: 6264