≡ Menu
Ère nouvelle

La démocratie

Une démocratie engendre des tyrans

je regarde ce qu’on appelle la classe moyenne. Savez-vous que sans la classe moyenne, vous n’auriez pas de république ? Une démocratie engendre des tyrans. Une république, c’est la souveraineté du peuple. Je vois votre classe moyenne appuyer l’idéal que vous appelez la démocratie. Je la vois soutenir le riche et le pauvre. Surtout, je la vois se charger les épaules en acceptant tout ce que votre gouvernement lui impose.

Il y aura de la grogne aux États-Unis

Il y aura de la grogne aux États-Unis lorsqu’on augmentera les impôts. Oui, il y en aura ! On trouve encore, dans ce pays, des individus intraitables et assez libres d’esprit pour réaliser qu’ils n’ont pas à supporter de fardeau supplémentaire pour le bien des riches, qui s’enrichiront davantage grâce à leurs investissements. On trouve encore des individus intraitables, capables de voir à travers les manœuvres politiques, concoctées pour vous amener à prendre soin des masses qui ont choisi de se laisser vivre. Il y en a qui décèle le dessein politique derrière cette ruse.

Et certains parmi vous réaliseront comment la dette publique vous conduit à l’asservissement. Oui !

Les gens pensent que c’est le gouvernement qui imprime le papier-monnaie. Non ! Ce n’est pas lui. Vous faites les frais d’une dette érigée sur la manipulation de bonnes intentions. Vous continuez de payer quelque chose à quelqu’un qui n’est même pas de chez vous. Par son attitude, la classe moyenne accepte cela avec le résultat que vous êtes devenus la vache à lait d’une démocratie qui sert les riches et fait vivre les pauvres. La classe moyenne représente l’égalité absolue dans une république. Mais dans votre démocratie, elle est devenue la bête de somme et vous l’acceptez ! Parce que vous avez également accepté de ne pas savoir. Vous vous êtes résignés à ne jamais connaître vos droits de toujours ! Vous vous êtes laissés berner par la croyance que c’est là le prix à payer pour être libres. Ça n’est pas le cas. C’est le prix à payer pour vous être laissé asservir.

Donc, je vous observe, vous, la gloire de Dieu et je vous vois vous dérober face à votre faculté de penser librement et de vivre les émotions. Car votre société est devenue si réglementée et si tolérante envers les normes qu’on vous repère tout de suite si vous êtes un penseur. Et il existe, dans votre entourage, une forte tendance à vous frapper d’ostracisme et même à vous calomnier. Il y a un prix à payer pour devenir soi-même, mais c’est la seule voie vers la liberté.

Ainsi j’observe Dieu, chair et sang, pas encore réalisé. Et c’est facile, du point où je me situe, d’observer comment les charlatans, les profiteurs, des coquins, en fait, comment les hommes gris ont pu, à l’origine, concevoir le projet de dominer le monde en se servant du système monétaire et, par la même occasion, casser les reins de la classe moyenne, une de leurs ambitions les plus chères. Car aussi longtemps que la classe moyenne se maintiendra, votre démocratie et la république tiendront. Comprenez-moi bien, ici, car c’est important. Votre existence même est une menace pour l’élite, de même que le pouvoir que vous pourriez exercer. Et surtout la possibilité redoutable que vous deveniez des êtres éclairés. Et je ne me réfère pas nécessairement à ce qui est enseigné dans le système scolaire. Je parle d’un éclairage historique. Et sachez que les ouvrages véhiculant cette information sont facilement disponibles en plusieurs endroits et de nature à vous aider à comprendre ce qui s’est réellement passé. Ainsi, vous n’aurez plus à dépendre de la version de l’histoire qu’on vous a enseignée.

pages: 5658