≡ Menu
Ère nouvelle

Changer la pensée

Vous ne pouvez changer la pensée en changeant la matière, c’est la pensée elle-même que vous devez changer

Je vous ai vu tenter de guérir votre corps en travaillant au niveau de la matière, plutôt qu’à celui de l’attitude qui a créé et entretenu la maladie. Je vous ai regardé essayer de résoudre un problème lié à une attitude en vous attaquant délibérément à la chair plutôt qu’à l’attitude. Vous ne pouvez changer la pensée en changeant la matière, mais en changeant la pensée elle-même. Alors seulement la matière est-elle altérée, changée, accélérée.

Quelle que soit le phénomène en cause, la manifestation observée en premier lieu sera le résultat de votre attitude globale. C’est cela qui créera votre lendemain. Ainsi votre réalité personnelle est-elle entièrement contenue dans le noyau appelé CHOIX. Et que choisirez-vous ? L’apitoiement sur vous-même ? La douleur ? Le rejet ? Choisirez-vous d’être une victime plutôt que d’opter pour la maîtrise de soi ?

Vous êtes tout ce que vous pensez être ! Et tout ce que vous êtes est la manifestation de votre propre réalité à laquelle la matière se moule. C’est ce qu’on appelle la vie. Et dans cette vie-ci, vous attirerez à vous les possibilités contenues dans cette attitude, ce noyau, ce centre de contrôle.

La colle cosmique et l’atome

Chaque chose est une pensée coagulée. Chaque objet est une forme-pensée matérialisée. D’où croyez-vous que provient la matière brute ? De l’espace ? D’où pensez-vous que la vie émerge ? Qu’est-ce qui apporte à l’atome la colle cosmique ? D’où vient la cohésion de la matière brute ? Et enfin, qu’est-ce qui retient les cellules ensemble ? C’est la pensée qui a créé cela. Cela est maintenu ensemble par la pensée. C’est pour cette raison que la pensée prend forme dans la matière.

Considérez la vie en état de manifestation. Vous ne changerez pas votre vie en changeant votre corps, mais en modifiant votre attitude qui conditionne la perception de votre réalité. Vous ne pouvez pas vous rendre sur la Lune dans ce corps de chair et de sang ; seul l’esprit peut aborder l’inconnu. Alors, comment traînerez-vous cet excès de bagages qu’est votre corps ? En cessant de rechercher l’illumination à travers le corps, mais en y parvenant par l’esprit, le soi, la connaissance, par le processus illimité appelé Dieu.

Vous êtes ce que vous pensez être.
Vous vous en êtes toujours douté.

Écoutez bien, tous : plus vous accumulez de connaissances, plus vous acquérez de savoir. Et plus votre niveau de conscience s’élève, plus votre cerveau reçoit une impulsion à s’ouvrir, consécutive à une activation de la glande pituitaire. Pourquoi cette petite masse demeure-t-elle inopérante ? Pourquoi votre cerveau fonctionne-t-il seulement au tiers de sa capacité ? Qu’arrive-t-il aux deux autres tiers ? Où est le génie ? Sur le plan des émotions, votre vie est composée de ce que vous exprimez émotivement. Et la prospérité ne s’est manifestée dans votre vie qu’en fonction de votre perception de la nature de votre intelligence. Une intelligence qui ne dépend pas de la scolarité, mais du désir de connaître. Le sens commun inné est un des plus grands cadeaux que vous ayez reçus. Un appétit. Un appétit de savoir, de connaître. Et il y a le désir. Il provient du centre de votre réalité. C’est le désir de savoir que vous êtes ce que vous pensez être. Vous vous en êtes toujours douté. Je ne fais que confirmer vos impressions.

pages: 6668